Julie Landry

Julie Landry, inspiratrice de saines habitudes de vie

et coach Beachbody : Par ma passion, j’aide les gens

qui souhaitent retrouver de saines habitudes de vie à

y arriver et surtout, à les garder pour la vie.

Ce qui m’a menée à moi-même

Je suis tout d’abord une femme passionnée, surtout par la santé et les saines habitudes de

vie. Cette passion n’est pas apparue du jour au lendemain mais elle est dorénavant ancrée

très profondément en moi. Elle est un peu comme un casse-tête géant que j’aurais fait au

fil du temps.

Vers l’âge de 8 ans, je me suis mise à manger beaucoup plus que ce que les besoins d’une

enfant de cet âge demandaient réellement. Dès l’âge de 14 ans, j’ai réalisé que je ne

cadrais pas avec l’image de la femme parfaite, mince et élancée. De mes 5 pieds et un

pouce, je ne pouvais rien y faire et de toute façon, j’aimais bien ma petite taille. Et, je

l’aime toujours. Par ailleurs, pour mon poids qui ne cessait de faire grimper le chiffrier de

la balance… je me devais d’agir. Je n’y connaissais rien à l’époque et devinez quelle fut

ma première idée? Plusieurs d’entre vous ont sûrement trouvé la réponse puisque je suis

certaine qu’à un moment ou à un autre, vous avez eu la même. Les régimes! Je dis les

régimes puisque j’en ai suivis plusieurs et ce, pendant les douze années qui suivront

c’est-à-dire jusqu’en 2006. C’était moi contre le pèse-personne, une lutte à finir! De

jeunes années marquées par les restrictions, les malaises, un mal-être, l’oscillation entre

divers troubles alimentaires, toujours la peur malgré une fausse impression de contrôle,

parfois des réussites, souvent des défaites.

À 19 ans, l’image que le miroir me renvoyait de mon corps m’attristait amèrement. Un

jour, j’ai voulu suivre une amie dans la force de réserve des Forces armées canadiennes.

Un défi de taille pour une personne qui n’avait pratiquement jamais fait d’exercice mis à

part lorsque obligée. Dans les cours d’éducation physique auxquels je participais le

moins possible, j’étais celle qui tentait de s’y soustraire par la grâce d’un billet du

médecin ou par je ne sais plus quel autre moyen.

Ma dite amie s’était donné comme mandat de me motiver et, par le fait même, de

m’apprendre comment faire pour réussir le test physique où je devais courir 2,4

kilomètres en moins de 12 minutes environ. Après 20 minutes de pseudo-jogging

vraiment lent, je vous l’avoue bien honnêtement, mon amie cessa de chronométrer mon

temps et ce, même si je n’avais pas encore parcouru la distance requise. C’était

décourageant, je vous en passe un papier! J’avais environ un mois pour faire mieux. Je

me suis achetée une corde à danser, et j’ai sauté pendant au moins 30 minutes, à tous les

jours. À la seconde tentative, je n’étais pas encore dans le temps requis pour la distance

en question mais mon cardio s’était considérablement amélioré. Ce fut une lueur

d’espoir… Et c’était moi qui avais réussi cet exploit, qu’il serait peut-être plus réaliste

d’appeler une amélioration. Mais peu importe le terme, moi, j’étais vraiment très fière.

Je vous raconte cet événement puisqu’il m’a beaucoup marquée. Je m’en rappelle

encore, comme si c’était hier. Et pourtant, il n’y a pas eu d’artifice, l’événement n’est pas

passé aux bulletins de nouvelles et pour tous les autres, ça ne changeait absolument rien.

Mais pour moi, ça changeait tout. Ce fut le début de quelque chose, un déclic. Dans ma

tête, dans mon corps et dans mon cœur, j’ai réalisé. J’étais capable. Et je peux vous dire

qu’à partir de ce moment où j’ai compris, je fus toujours capable.

C’est ainsi qu’en décembre 2014, j’ai fêté ma quinzième année d’entraînement physique.

Depuis l’âge de 14 ans, j’ai perdu environ 65 livres. Parfois, par des moyens sains mais

d’autres fois par des façons drastiques et très peu recommandées pour une santé à long

terme, maintenant j’en suis consciente. Mon quotidien est teinté d’une motivation

certaine, d’une discipline rigoureuse, d’un bien-être profond mais aussi d’embûches et de

défis à relever. J’en fais ma ligne de conduite, je suis du genre à prêcher par l’exemple.

Et, j’aime les défis!

En janvier 2006, une prise de conscience judicieusement implantée dans mon esprit par

des membres de mon entourage fut quasi aussi soudaine que surprenante. J’ai cessé toute

forme de régime. Du jour au lendemain. Déstabilisée au point d’en pleurer

quotidiennement mais fermement déterminée à m’en sortir, je me suis battue. À tous les

jours, à tous les repas, à tous les instants. C’était maintenant moi contre le garde-manger!

Je peux dire aujourd’hui que cette grande bataille est gagnée… en quelque sorte, mais en

réalité, elle ne le sera jamais totalement.

Toujours en quête d’amélioration, je me suis de plus en plus intéressée à l’alimentation.

Et en cessant de suivre les régimes qui avaient si longtemps régi ma vie, j’ai cherché

d’autres balises, plus saines, auxquelles me cramponner. Parce que bien souvent, c’est ce

que l’on fait, on s’agrippe à des principes, qu’ils soient bons ou mauvais, qu’on en soit

conscient ou non, et puis d’autres fois, ils sont bons pour l’un mais pas pour l’autre.

Vous n’avez pas idée du nombre de fois où j’ai dû recommencer. Recommencer à

manger « normalement », je crois bien humblement que ça réussit rarement du premier

coup. Des restrictions alimentaires, je suis passée à « trop manger », ensuite à manger

« trop peu », ensuite à manger trop souvent ou pas assez souvent, ou encore manger trop

de quelque chose ou pas assez. La dernière fois que j’ai réalisé que je n’étais pas encore

parfaitement dans la bonne voie, il y a de cela à peine 2 ans et demi, vous n’avez pas idée

du découragement. Mais le jour d’après, je me réalignais, toujours un peu plus près du

centre. Mais je peux dire qu’à chaque fois que j’ai changé une habitude dans ma vie,

c’était toujours pour le mieux.

Je suis donc à la fois…

 experte-conseil en alimentation sans gluten : Pour faire suite au groupe « Passion

santé! Une vie sans gluten! », je mets mes années d’apprentissage dans le

domaine à votre disposition afin de vous éviter erreurs, temps et argent :

Page Facebook et Passion santé

 massothérapeute agréée : La massothérapie s’inscrit dans mon parcours comme

une continuité toute naturelle. Je pratique depuis 2010 le massage californien

pour tous mais je me spécialise dans l’accompagnement des personnes atteintes

de cancer par le massage ainsi que des personnes âgées : Julie Landry Massothérapie

 représentante indépendante Usana : C’est dans l’optique d’une santé optimale que

j’ai rejoint la belle grande famille Usana en 2006. Pour moi, la supplémentation

s’insère parfaitement dans mon mode de vie; saine alimentation, entraînement,

méditation, supplémentation : Passion santé

 et coach Beachbody : Parce que l’entraînement est mon carburant à chaque

instant. Parce que j’ai maintenant envie de partager et d’accompagner tous et

chacun dans son cheminement vers la santé entre autres, par l’entraînement et

l’alimentation saine : Coach Beachbody

Passion santé et Facebook

Je souhaite ainsi faire une différence dans la vie des gens comme plusieurs personnes à

qui je pense régulièrement l’ont fait dans la mienne. C’est à mon tour maintenant de

donner de moi-même.